Accueil Infos santé Femmes enceintes Les soins du 4e trimestre pourrait sauver des vies

Femmes enceintes Les soins du 4e trimestre pourrait sauver des vies

1
0
Femmes enceintes Les soins du 4e trimestre pourrait sauver des vies
Quand on pense à l’expérience d’avoir un bébé, l’accouchement prend la scène. C’est le point culminant de neuf mois de grossesse, durant lesquels les femmes enceintes américaines vont voir leur médecin tous les mois ou même toutes les semaines, si nécessaire.

Mais après la naissance du bébé, les choses changent rapidement. La plupart des femmes attendent environ six semaines entières avant de se rendre à leur première visite postnatale chez leur médecin.

Femmes enceintes Les soins du 4e trimestre pourrait sauver des vies

Femmes enceintes Les soins du 4e trimestre pourrait sauver des vies

Ces six semaines constituent une période particulièrement critique pour la mère et le nouveau-né. Après l’accouchement, les femmes peuvent encore mourir de maladies telles que l’infection ou la prééclampsie qui surviennent pendant leur grossesse. Et c’est pendant ces premières semaines que plus de la moitié des décès liés à la grossesse surviennent dans le monde.

Afin de sauver des vies et d’aider davantage les nouvelles mères, le Collège américain des obstétriciens et gynécologues (ACOG) publie aujourd’hui de nouvelles recommandations soulignant l’importance du «quatrième trimestre», ou des trois mois critiques après l’accouchement d’une femme.

Les recommandations introduisent de nouvelles directives pour les soins post-partum. Le groupe remplace le bilan unique de six semaines par un contact initial de leur OB-GYN (ou du prestataire de soins de santé maternel associé) dans les trois semaines suivant l’accouchement, suivi d’une visite complète dans les 12 semaines suivant l’accouchement et d’un soutien médical continu selon les besoins. .

«Il se passe beaucoup de choses au cours des six premières semaines de l’accouchement d’une mère», a déclaré la docteure Alison Stuebe, directrice médicale des services de l’allaitement à UNC Health Care et auteure principale du rapport de l’ACOG.

Elle a expliqué que juste après l’accouchement, les femmes rencontraient toute une série de problèmes et de préoccupations, notamment le rétablissement après l’accouchement, la privation de sommeil, les soins du nourrisson et la dépression postpartum. Étant donné que beaucoup de femmes ne voient plus leur médecin que six semaines après l’accouchement (ou peut-être aucune visite, comme c’est le cas pour 40% des femmes, selon l’ACOG), les nouvelles mères sont exposées à de graves complications dues à des problèmes non traités. .

«Si nous attendons que les six semaines soient écoulées, la plupart des mères se débrouilleront seules pour résoudre un problème critique ou le verront devenir un gros problème qui finira par leur nuire», a déclaré Stuebe. « Les mamans ont besoin de soutien plus tôt dans le processus et nous ne devrions pas attendre pour voir si elles survivent seules. »

Un problème croissant

Les nouvelles recommandations interviennent alors que le taux de mortalité maternelle aux États-Unis augmente, alors même qu’il diminue dans les autres pays développés. Aux États-Unis, les taux de mortalité infantile diminuent lentement, mais ils restent 71% plus élevés que ceux de pays comparables.

Le nouvel avis de l’ACOG recommande également officiellement de créer un plan de soins post-partum individualisé, qui comprendrait des conseils sur la contraception, l’allaitement, l’espacement des naissances et le maintien de la santé – une pratique déjà mise en place par certains médecins, comme la Dre Jennifer Wu du Manhattan Women’s Heath. .

«Il est important d’établir un plan pour l’avenir. Deux semaines après l’accouchement, je parle de contrôle des naissances à des patientes. Six semaines plus tard, nous élaborons un plan, qu’il s’agisse de préservatifs, d’un DIU ou de quelque chose d’autre », a déclaré Wu. «Nous discutons également de la question de savoir si elle veut plus d’enfants, comment revenir au travail après le congé de maternité et comment pomper et congeler le lait maternel. Il y a tellement de choses avec la patiente au cours de cette période qu’elle oublie parfois des choses et je veux m’assurer que nous ne manquons de rien.

Un sondage mené en 2013 par Childbirth Connection a révélé que 1 nouvelle mère sur 4 n’avait pas de numéro de téléphone permettant à un prestataire de soins de santé de discuter de ses préoccupations à l’égard de sa mère ou de son bébé. L’ACOG recommande désormais aux femmes en post-partum d’avoir un prestataire de soins de santé primaires responsable de la gestion de ses soins et d’être le point de contact de tous les membres de son équipe de soins (y compris sa famille, le prestataire de soins de santé du nourrisson et des consultants spécialisés).

Bien que la recommandation d’un seul point de contact puisse être idéale, Wu avertit que ce n’est pas pratique.

«La plupart des médecins sont déjà surchargés. Je suis dans un groupe de quatre et nous essayons de voir nos patients après l’accouchement, mais parfois cela ne fonctionne pas. Elle pourrait voir l’un de mes partenaires et c’est bien. Une personne qui s’occupe de tous les besoins post-partum n’est pas toujours possible », a déclaré Wu.

Elle a souligné l’importance des soins postnataux fréquents et précoces par rapport au travail avec un seul médecin.

«Vous avez besoin d’un suivi fréquent et il doit y avoir plus d’une visite pendant la période post-partum. Il est important de rester en communication étroite et d’avoir le sentiment de pouvoir appeler le bureau du médecin pour régler tout problème. Plus tôt nous les trouverons, plus nous pourrons les résoudre facilement », a déclaré Wu.

L’ACOG espère que les recommandations contribueront à réduire la morbidité et la mortalité maternelles graves, mais la plupart des Américains pourraient attendre un certain temps avant de voir des changements majeurs dans les soins postpartum, d’autant plus que les coûts des soins de santé restent un problème.

«L’un des grands défis est le remboursement par les compagnies d’assurances des soins postnataux», a déclaré Stuebe. «À l’heure actuelle, il s’agit d’un montant fixe pour toutes les visites prénatales, l’accouchement et les soins post-partum, qu’il s’agisse d’une visite ou de six visites. Nous devons travailler avec les payeurs pour souligner l’importance des soins postnataux fréquents et complets pour les mères et trouver une structure de remboursement qui le rende possible ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici