Des essais cliniques sont en cours sur le spray, conçu pour perturber le cycle de l’infection par le virus du rhume.

Partager sur Pinterest
Les rhumes sont responsables de près de 40% des journées de travail manquées aux États-Unis. Getty Images

Un nouveau spray nasal en cours d’essais cliniques pourrait constituer un remède décisif dans le traitement du rhume.

Le spray nasal est en cours de développement en Australie. Il contient un agent antiviral qui tue les virus dans les voies nasales.

Jusqu'à présent, les chercheurs disent que les résultats semblent prometteurs.

«Des études ont montré que l’agent actif dans le spray nasal attaquait les virus et les désactivait en 15 à 60 secondes, et surtout, les virus ne pouvaient devenir résistants», a déclaré Peter Molloy, président de Firebrick Pharma, les développeurs du logiciel. pulvérisation, a déclaré à Healthline.

«En cas de rhume, des millions de virus sont présents dans les voies nasales. C’est ainsi que l’infection se transmet par le nez et à d’autres personnes. En utilisant fréquemment le spray lors d'un rhume, nous espérons interrompre le cycle d'infection, réduisant ainsi les symptômes et la durée d'un rhume. Des essais cliniques sont en cours pour évaluer cela. Cela pourrait également vous protéger d'attraper un rhume ou de le transmettre à d'autres, ce qui serait formidable », a-t-il ajouté.

Le rhume est en effet commun

Il y a des millions de cas de rhume tous les ans aux États-Unis. Selon les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), les adultes contractent deux à trois rhumes chaque année. Les enfants en ont encore plus.

Les rhumes entraînent au moins 75 millions de visites chez le médecin chaque année. On estime qu’entre 22 et 189 millions de jours d’école sont manqués à cause du rhume.

Cela se traduit par environ 126 millions de journées de travail manquées par les parents qui doivent s'occuper de leurs enfants.

Le rhume est responsable d'environ 40% du travail manqué aux États-Unis, touchant environ 150 millions de jours de travail.

«Le rhume est clairement un problème majeur. C’est un problème épineux. Cela ne tue pas les gens, mais les rend misérables pendant un certain temps. Cela interrompt l'école chez les jeunes enfants. Cela permet aux parents de rester à la maison car ils doivent s'occuper des enfants. Les adultes ont également un rhume, ils s'absentent ou se sous-performent et se sentent minables pendant une longue période », a déclaré à Healthline le Dr William Schaffner, expert en maladies infectieuses au centre médical de l'université Vanderbilt, dans le Tennessee.

À la recherche d'un remède

Il existe plus de 200 virus pouvant causer le rhume. Il n'est pas facile de trouver des traitements efficaces ou un traitement curatif.

«Les virus sont très difficiles à traiter et encore plus difficiles à guérir. La recherche sur le rhume n'est pas bien financée et, comme la plupart des rhumes sont légers, le rapport bénéfice / risque doit être très élevé. De plus, le retour sur investissement de la recherche est faible. Les gens ne paieront pas des milliers de dollars pour un traitement contre le rhume, le prix du traitement devra donc être bas », a déclaré le Dr Jeffrey Klausner, professeur de médecine à la division des maladies infectieuses de l'Université de Californie à Los Angeles. (UCLA), a déclaré à Healthline.

Il y a eu un certain nombre de tentatives pour guérir le rhume, mais aucune donnée ne permet de garantir le succès de ces traitements.

«À titre d'exemple, certaines personnes ne jurent que par les pastilles de zinc, qui sont censées empêcher la fixation de certains virus du rhume aux cellules, ou le spray nasal au zinc. Mais les données sur l'efficacité clinique, telles que de bons essais cliniques, font défaut. Les gargarismes avec de l'eau salée, des vaporisateurs nasaux salés (eau salée), du peroxyde d'hydrogène et divers pastilles sont également parmi la pléthore de choses que les gens ont essayées, mais les essais cliniques n'ont généralement pas été menés. , PhD, professeur d'épidémiologie au Columbia University Medical Center de New York, a déclaré à Healthline.

Morse dit que si les essais cliniques réussissent, le spray nasal a un grand potentiel.

"Nous pouvons tous imaginer à quel point nous aimerions avoir quelque chose qui soit facile à utiliser, qui soit sûr et qui pourrait empêcher d'attraper ou de propager un rhume, ou de le faire disparaître rapidement", a-t-il déclaré. «Il est également facile d’imaginer à quel point il est possible d’éviter toute inquiétude et perte de productivité. Le produit semble relativement bon marché (le même produit chimique est disponible sur le marché en tant que désinfectant pour la peau) et, si cela fonctionne, il serait d'une grande aide, peut-être même pour d'autres infections respiratoires. Mais nous avons déjà vu des pistes encourageantes, alors seuls les essais cliniques bien menés nous le diront. "

Comment le spray fonctionnerait

Les virus agissent en infectant les cellules hôtes sensibles telles que celles des voies respiratoires supérieures.

Ils utilisent ensuite les propres machines de la cellule infectée pour se répliquer et produire plusieurs copies du virus.

La progéniture passe ensuite à d'autres cellules pour répéter le processus.

Les virus se propagent entre les humains quand une personne infectée tousse ou éternue. Le virus se déplace alors vers un nouveau corps et le cycle se répète.

Molloy dit que le spray nasal, qui fait actuellement l'objet d'une étude à double insu et contrôlée par placebo, sera en mesure de perturber ce cycle.

«Les virus du rhume ont tendance à être très discrets et peuvent muter facilement pour contourner tout vaccin ou médicament antiviral ciblé. Notre approche résout ces deux problèmes en éliminant tous les virus indistinctement », a-t-il déclaré.

Schaffner est prudemment optimiste.

«Cela semble être un véritable agent antiviral, qui, s’il pouvait arrêter la réplication du virus, abrégerait la durée du rhume. Alors, espérons-le, mais nous en sommes encore aux premiers jours », a-t-il déclaré.

La ligne du bas

Un spray nasal mis au point par des chercheurs australiens pourrait constituer une avancée dans le traitement du rhume.

Toujours en essais cliniques, le spray agit en tuant les virus dans les voies nasales.

Les experts sont prudemment optimistes quant à l'efficacité prouvée de la pulvérisation dans un essai clinique en cours.