Accueil Nutrition 8 conseils de régime pour aider à combattre l'endométriose

8 conseils de régime pour aider à combattre l'endométriose

41
0

On estime que l’endométriose affecte une femme sur 10 dans le monde (1, 2).

C'est une maladie du système reproducteur dans laquelle des tissus semblables à ceux de l'endomètre se développent à l'extérieur de l'utérus, dans des zones telles que les ovaires, l'abdomen et les intestins. Normalement, le tissu endométrial ne se trouve que dans l'utérus (1).

Les symptômes comprennent des règles douloureuses et des saignements abondants, des douleurs lors des rapports sexuels, des selles douloureuses et la stérilité.

La cause de l'endométriose est inconnue et il n'existe actuellement aucun traitement curatif.

Cependant, certains aliments peuvent augmenter ou diminuer le risque d'endométriose et certaines femmes constatent que des changements alimentaires peuvent aider à réduire les symptômes.

Voici 8 changements de régime qui peuvent aider à gérer l’endométriose.

1. Augmentez votre consommation d'acides gras oméga-3

Saumon, riz sauvage et betteravePartager sur Pinterest

Les acides gras oméga-3 sont des acides gras sains et anti-inflammatoires que l’on trouve dans les poissons gras et d’autres sources animales et végétales.

Certains types de graisses, telles que les huiles végétales contenant des acides gras oméga-6, peuvent provoquer des douleurs et une inflammation. Cependant, on pense que les acides gras oméga-3 ont l’effet inverse, agissant comme des éléments constitutifs des molécules de votre corps qui soulagent l’inflammation et la douleur (3).

Étant donné que l'endométriose est souvent associée à une augmentation de la douleur et de l'inflammation, la présence d'un rapport élevé d'acides gras oméga-3 à oméga-6 dans le régime alimentaire peut être particulièrement bénéfique pour les femmes atteintes de cette maladie (1).

De plus, un taux élevé d'acides gras oméga-3 à oméga-6 s'est avéré inhiber la survie des cellules de l'endomètre lors d'études sur des éprouvettes. Des preuves préliminaires suggèrent que les acides gras oméga-3 pourraient aider à décourager l'implantation de cellules de l'endomètre (1, 4, 5, 6).

En outre, une étude observationnelle a révélé que les femmes qui consommaient les plus fortes quantités d'acides gras oméga-3 étaient 22% moins susceptibles de souffrir d'endométriose que les femmes qui consommaient les quantités les plus faibles (4, 7).

Enfin, des chercheurs ont découvert que la prise de suppléments d'huile de poisson contenant des acides gras oméga-3 pouvait réduire considérablement les symptômes menstruels et la douleur (3, 8).

Cependant, les preuves ne sont pas concluantes. D'autres études observationnelles n'ont montré aucune association entre la consommation de graisse et le risque d'endométriose (4).

Néanmoins, que vous mangiez plus de poisson gras ou que vous preniez des suppléments d'oméga-3, augmenter votre consommation de ces graisses est l'un des changements alimentaires les plus simples que vous puissiez faire pour lutter contre la douleur et l'inflammation associées à l'endométriose.

Résumé: Les acides gras oméga-3 ont des propriétés anti-inflammatoires, et il a été démontré qu'ils aident à réduire la douleur de la période. De plus, un apport élevé en gras oméga-3 a été associé à un risque réduit d’endométriose.

2. Évitez les gras trans

Au cours des dernières années, les gras trans sont devenus tristement célèbres pour leur mauvaise santé.

Des recherches ont montré que les graisses trans augmentaient les niveaux de "mauvais" cholestérol LDL et diminuaient le "bon" cholestérol HDL, augmentant ainsi le risque de maladie cardiaque et de décès (9).

Les gras trans sont créés lorsque des graisses insaturées liquides sont dynamitées à l'hydrogène jusqu'à ce qu'elles deviennent solides. Les fabricants créent généralement des graisses trans pour donner à leurs produits une durée de conservation plus longue et une texture plus épandable.

Cela les rend parfaits pour une utilisation dans une variété d'articles frits et transformés, tels que des craquelins, des beignets, des frites et des pâtisseries.

Cependant, à compter de 2018, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis interdira les gras trans dans tous les produits alimentaires en raison du danger qu'ils représentent pour la santé. Jusque-là, il est prudent d'éviter les produits contenant des gras trans.

En particulier, les femmes atteintes d'endométriose devraient les éviter. Une étude observationnelle a révélé que le risque d’endométriose était accru de 48% chez les femmes consommant le plus de gras trans (7).

Une étude n’est certes pas concluante, mais éviter les graisses trans est néanmoins une bonne recommandation.

Vous pouvez savoir si un produit contient des gras trans en lisant l'étiquette. Tout ce qui contient des graisses partiellement hydrogénées contient également des graisses trans.

Résumé: Les gras trans, présents dans certains aliments transformés, augmentent le risque de maladie cardiaque. Certaines preuves ont également montré qu'ils pouvaient augmenter le risque d'endométriose.

3. Couper la viande rouge

La viande rouge, en particulier la viande rouge transformée, a été associée à un risque plus élevé de certaines maladies. En fait, remplacer la viande rouge par une autre source de protéines peut améliorer l'inflammation, souvent associée à l'endométriose (10, 11).

En outre, une étude observationnelle a révélé que les femmes consommant plus de viande et de jambon présentaient un risque accru d'endométriose par rapport à celles consommant peu de viande ou de jambon (4).

Cependant, deux autres études n'ont pas abouti au même résultat (4).

Certaines preuves suggèrent qu'un apport élevé en viande rouge pourrait être associé à des taux plus élevés d'œstrogènes dans le sang (12, 13).

Étant donné que l'endométriose est une maladie dépendante des œstrogènes, des taux élevés d'œstrogènes dans le sang peuvent augmenter le risque de développer cette maladie (14).

Il n'y a actuellement pas assez de recherche sur la viande rouge et l'endométriose pour faire une recommandation solide.

Bien que les preuves actuelles soient contradictoires, certaines femmes pourraient bénéficier de la réduction de leur consommation de viande rouge.

Résumé: La viande rouge a été associée à un risque plus élevé d’endométriose dans certaines études. Cela peut également entraîner une augmentation des taux d'œstrogènes.

4. Mangez beaucoup de fruits, de légumes et de grains entiers

Les fruits, les légumes et les grains entiers regorgent de vitamines, de minéraux et de fibres.

Remplir votre assiette avec une combinaison de ces aliments garantit que votre régime alimentaire est riche en nutriments essentiels et réduit votre consommation de calories vides.

Ces aliments et leurs avantages peuvent être particulièrement importants pour les personnes atteintes d'endométriose.

En fait, un apport élevé en fibres peut faire baisser les taux d'œstrogènes (15).

Cela signifie qu'une alimentation riche en fibres peut constituer une excellente stratégie pour les femmes atteintes d'endométriose.

Les fruits, les légumes et les grains entiers sont les meilleures sources de fibres alimentaires. Ces aliments fournissent également des antioxydants, qui peuvent également aider à combattre l'inflammation.

Une étude a montré que les femmes atteintes d'endométriose qui suivaient un régime riche en antioxydants pendant quatre mois avaient une capacité antioxydante accrue et une diminution des marqueurs du stress oxydatif (16, 17).

Une autre étude a révélé que la prise de suppléments d'antioxydants réduisait considérablement la douleur liée à l'endométriose (18).

Une étude a directement étudié la relation entre l'endométriose et la consommation de fruits et de légumes verts. Il a été établi qu'une consommation plus élevée de ces aliments était associée à un risque de maladie plus faible (19).

Cependant, les résultats n'ont pas été cohérents. Une autre étude a montré qu'une consommation élevée de fruits était associée à un risque accru d'endométriose (20).

Une explication possible est que la consommation accrue de pesticides entraîne souvent une consommation accrue de fruits. Certains types de pesticides peuvent avoir des effets semblables à ceux des œstrogènes, ce qui peut également affecter l'endométriose (4, 20).

Sans plus de recherche, il est impossible de dire avec certitude comment la consommation de fruits et de légumes influe sur l'endométriose. Cependant, les preuves actuelles suggèrent que suivre un régime riche en fruits, légumes et grains entiers peut être une bonne stratégie.

Résumé: Les fruits, les légumes et les grains entiers sont riches en fibres alimentaires, ce qui peut aider à réduire la concentration en œstrogènes dans le corps. Ils fournissent également des vitamines, des minéraux et des antioxydants, qui peuvent aider à combattre la douleur et le stress oxydatif.

5. Limiter la caféine et l'alcool

Les professionnels de la santé recommandent souvent aux femmes atteintes d'endométriose de réduire leur consommation de caféine et d'alcool.

Plusieurs études ont montré que les femmes atteintes d'endométriose ont tendance à consommer de plus grandes quantités d'alcool que les femmes non atteintes de la maladie (20, 21, 22).

Pourtant, cela ne prouve pas qu'une consommation élevée d'alcool provoque l'endométriose. Par exemple, cela pourrait signifier que les femmes atteintes d'endométriose ont tendance à boire plus d'alcool en raison de la maladie.

En outre, plusieurs autres études n'ont révélé aucun lien entre la consommation d'alcool et l'endométriose (19, 21, 23, 24).

De même, le lien potentiel avec la caféine n'est pas clair.

Quelques études ont montré que la consommation de caféine ou de café était associée à un risque plus élevé d’endométriose, mais une vaste étude a montré que la consommation de caféine n’augmentait pas le risque de cette affection (4, 25).

Malgré ces résultats, la consommation d’alcool et de caféine a été associée à une augmentation des niveaux d’œstrogène, la protéine qui transporte l’œstrogène dans tout le corps (25, 26, 27).

Bien qu'il n'y ait aucune preuve claire établissant un lien entre la caféine ou l'alcool et le risque ou la gravité de l'endométriose, certaines femmes préfèrent encore réduire ou éliminer ces substances de leur régime alimentaire.

Résumé: Certaines recherches suggèrent que la caféine et l'alcool peuvent augmenter le risque d'endométriose. En outre, un apport élevé en caféine peut augmenter les taux d'œstrogènes. Bien que ces preuves ne soient en aucun cas concluantes, certaines femmes préfèrent encore réduire leur consommation.

6. Réduire les aliments transformés

Réduire au minimum votre consommation d'aliments transformés est une bonne idée pour presque tout le monde. Cela peut également contribuer à la gestion de l'endométriose.

Les aliments transformés sont souvent riches en graisses et en sucre malsains, pauvres en nutriments essentiels et en fibres et peuvent provoquer des douleurs et une inflammation (21, 28).

Les acides gras oméga-6 présents dans les huiles végétales, telles que le maïs, les graines de coton et l'huile d'arachide, peuvent augmenter la douleur, les crampes utérines et l'inflammation (3).

D'autre part, les acides gras oméga-3 présents dans les poissons, les noix de Grenoble et le lin peuvent aider à réduire la douleur, les crampes et l'inflammation (3, 8).

En conséquence, limiter votre consommation d'aliments tels que des pâtisseries, des chips, des craquelins, des bonbons et des aliments frits peut aider à réduire la douleur liée à l'endométriose.

Pour encore plus d'impact, remplacez les aliments transformés par ceux susceptibles de contribuer à la gestion de l'endométriose, tels que les poissons gras, les céréales complètes ou les fruits et légumes frais.

Résumé: Les aliments transformés contiennent peu de nutriments et de fibres essentiels et contiennent souvent des graisses malsaines et des sucres ajoutés, qui favorisent l'inflammation et la douleur.

7. Essayez un régime sans gluten ou faible en FODMAP

Certains régimes peuvent aider à réduire les symptômes de l'endométriose.

Régime sans gluten

Un régime sans gluten n'est pas souvent recommandé chez les personnes qui ne sont pas atteintes de la maladie cœliaque ou ne présentent pas de sensibilité spécifique au gluten. Il est restrictif et peut être pauvre en fibres et en nutriments, tout en étant riche en amidons raffinés.

Cependant, il est prouvé qu'un régime sans gluten peut être bénéfique pour les personnes atteintes d'endométriose.

Une étude portant sur 207 femmes souffrant de douleurs sévères à l'endométriose a montré que 75% d'entre elles présentaient une diminution significative de la douleur après 12 mois de régime sans gluten (29).

Cette étude n'incluant pas de groupe témoin, l'effet placebo ne peut donc pas être pris en compte.

Néanmoins, une autre étude portant sur 300 femmes a révélé des résultats similaires et incluait un groupe témoin. Un groupe ne prenait que des médicaments, tandis que l'autre groupe prenait des médicaments et suivait un régime sans gluten (30).

À la fin de l'étude, le groupe suivant le régime sans gluten a connu une réduction significative de la douleur pelvienne.

Régime pauvre en FODMAP

Le régime alimentaire faible en FODMAP peut également être bénéfique pour les femmes atteintes d’endométriose.

Ce régime a été conçu pour soulager les symptômes intestinaux chez les patients atteints du syndrome du côlon irritable (SCI). Il faut éviter les aliments riches en FODMAP, un terme qui désigne les oligo, di et monosaccharides fermentables et les polyols.

Les bactéries intestinales fermentent les FODMAP, ce qui entraîne la production de gaz qui provoque des douleurs et des malaises chez les personnes atteintes du SCI (31).

Une étude menée auprès de personnes atteintes du SII ou du SIB et de l'endométriose a révélé qu'un régime alimentaire à faible teneur en FODMAP améliorait les symptômes du SII chez 72% des personnes atteintes à la fois d'endométriose et du SII, contre 49% chez les personnes atteintes du SIB seul (32).

Le régime sans gluten et le régime faible en FODMAP peuvent être restrictifs et difficiles à gérer. Cependant, ils peuvent offrir un soulagement pour les symptômes de l'endométriose.

Si vous décidez d'essayer l'un de ces régimes, c'est une bonne idée de faire appel à une diététiste pour créer un programme qui vous convient.

Résumé: Quelques études ont montré qu'un régime sans gluten pouvait aider à réduire les symptômes de l'endométriose, tandis qu'un régime à faible teneur en FODMAP pouvait réduire les symptômes du SCI chez les femmes atteintes d'endométriose et du SCI.

8. Le soja peut être bénéfique

Certains régimes d'endométriose recommandent d'éliminer le soja de votre alimentation. C'est parce que le soja contient des phytoestrogènes, qui sont des composés végétaux pouvant imiter l'œstrogène.

Cependant, on ignore en grande partie comment les phytoestrogènes affectent l'endométriose.

Certaines preuves suggèrent qu'ils peuvent être nocifs. Une étude a montré que le risque d'endométriose était plus de deux fois plus élevé chez les femmes nourries avec du soja que de nourrisson (33).

En outre, quelques études sur des animaux et des rapports de cas de femmes atteintes d'endométriose ont signalé des effets négatifs associés à la prise de suppléments de soja (34, 35, 36, 37).

Pourtant, de nombreuses études portant sur la consommation alimentaire de soja chez les femmes atteintes d’endométriose ont montré exactement le contraire.

Une étude a montré que la consommation de soja n’était pas associée au risque d’endométriose, et trois autres études ont montré que la consommation de soja en diminuait le risque ou la gravité (38, 39, 40, 41).

Fait intéressant, un phytoestrogène appelé puerarin est actuellement à l’étude chez l’animal comme traitement potentiel de l’endométriose (42, 43).

Les chercheurs ont proposé que, plutôt que d'augmenter les effets analogues aux œstrogènes dans le corps, les phytoestrogènes aient l'effet inverse: ils bloquent les effets des œstrogènes et réduisent l'endométriose (4, 40, 44, 45).

En général, l'œstrogène se lie aux récepteurs cellulaires qui composent vos tissus.

Les effets des phytoestrogènes sont plus faibles que ceux de l'œstrogène lui-même. Il est donc logique de penser que, lorsque les phytoestrogènes se lient aux récepteurs d’œstrogènes, le nombre de récepteurs inoccupés disponibles pour l’action des œstrogènes est réduit. Cela peut entraîner un effet anti-œstrogène dans le corps.

Le peu de preuves existantes semble soutenir cette théorie. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions sur les effets du soja et d'autres phytoestrogènes sur l'endométriose.

Résumé: Certaines sources recommandent d'éviter le soja, mais il n'est pas clair s'il s'agit d'une bonne recommandation. Bien que certaines preuves suggèrent que le soja peut avoir des effets négatifs sur l'endométriose, d'autres études ont montré qu'il diminue le risque d'endométriose.

Le résultat final

L'endométriose est incurable et les traitements chirurgicaux ou médicaux restent les méthodes les plus efficaces de prise en charge de la maladie.

Cependant, les changements alimentaires constituent une approche complémentaire qui peut aider certaines femmes à gérer leurs symptômes.

N'oubliez pas que, tout comme les symptômes de la maladie varient d'une personne à l'autre, les traitements qui fonctionnent le mieux pour une femme peuvent ne pas convenir à une autre.

Prenez le temps d’expérimenter les astuces ci-dessus pour trouver l’approche qui vous convient.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here