Accueil Nutrition Médecine homéopathique à l’arnica: aperçu, utilisations et avantages

Médecine homéopathique à l’arnica: aperçu, utilisations et avantages

129
0
De couleur jaune vif et d’apparence similaire à la fleur de marguerite, l’arnica (Arnica montana) est une plante herbacée vivace qui pousse au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie de l’Est. Il est également connu sous le nom de tabac de montagne, d’arnica de montagne, de fléau du léopard et de fléau du loup ().L’arnica homéopathique – une forme hautement diluée – est utilisée depuis des siècles comme médecine alternative pour traiter la perte de cheveux, l’arthrite, l’inflammation, les ecchymoses, les infections et les douleurs musculaires et articulaires ().

Cependant, l’herbe elle-même est très toxique et considérée comme dangereuse. Par conséquent, de nombreux professionnels de la santé déconseillent l’herbe en raison de son efficacité et de sa sécurité inconnues.

Cet article vous dit tout ce que vous devez savoir sur l’arnica en médecine homéopathique, y compris ses utilisations, ses avantages et ses risques potentiels.

Arnica montana

Arnica comme remède homéopathique

Découverte dans les années 1700 par Samuel Hahnemann, la médecine homéopathique est une forme controversée de médecine alternative. L’homéopathie consiste à administrer des herbes et des substances hautement diluées pour favoriser la guérison ().

Il est basé sur plusieurs grands principes, notamment (, ):

  1. Comme des remèdes comme. Si quelque chose provoque des effets secondaires chez une personne en bonne santé, cela traitera une personne malsaine.
  2. Principe de dose minimale. La plus petite dose donne les plus grands avantages.
  3. Mémoire de l’eau. Plus une substance est diluée, plus elle est puissante.

En fait, les solutions peuvent être tellement diluées qu’il reste très peu de composé, même si on pense toujours que c’est efficace. En règle générale, les remèdes homéopathiques sont fournis sous forme de pilule, de capsule ou de teinture ().

Compte tenu de la prévalence élevée de, de nombreuses personnes se tournent vers l’arnica comme forme alternative de traitement.

Généralement appliqué sur la peau sous forme de gel, de pommade, de pommade, de cataplasme, de teinture ou d’huile, on pense qu’il réduit la douleur et l’inflammation. On le trouve également sous forme de capsules et de comprimés qui sont pris par voie orale (, ).

L’arnica homéopathique est généralement diluée 10 à 30 fois et utilise les étiquettes «C» pour centésimal (plus dilué) ou «D» pour des dilutions décimales (moins diluées). Par exemple, une dilution C10 et D10 indiquerait que l’arnica a été diluée 10 fois à une dilution de 1 à 100 et de 1 à 10, respectivement ().

En fin de compte, la quantité d’arnica dans la plupart des solutions homéopathiques est presque inexistante. Bien qu’elle soit une herbe vénéneuse, l’arnica homéopathique est considérée comme sûre en raison de sa forte dilution ().

Résumé

Contrairement à la plante d’arnica toxique, l’arnica homéopathique contient des traces d’arnica et est probablement sans danger lorsqu’elle est consommée en petites quantités. De nombreux partisans de l’homéopathie recommandent l’arnica hautement diluée pour traiter la douleur et l’inflammation.

Revendications de santé

Il existe de nombreuses allégations de santé liées à l’arnica. En raison du niveau élevé de scepticisme de la communauté médicale et du fait que la plupart des études initiales ont montré une efficacité limitée, peu d’études modernes existent dans la littérature.

Gestion de la douleur

L’arnica est bien connue pour ses propriétés. Il contient un large éventail de composés végétaux anti-inflammatoires, tels que les lactones sesquiterpéniques, les flavonoïdes et les acides phénoliques. En tant que tel, on pense qu’il aide à gérer la douleur ().

Dans une étude de revue de 2014, l’application de gel d’arnica topique s’est avérée aussi efficace que l’ibuprofène topique, un analgésique courant, pour réduire la douleur de l’arthrose et améliorer la fonction physique ().

Une autre étude de 2003 a révélé que la prise de 5 comprimés d’arnica D30 deux fois par jour améliorait considérablement ().

Cependant, plusieurs études n’ont montré aucune amélioration lors de l’utilisation de doses de C30, bien qu’une partie de la recherche soit du côté plus ancien (, ).

Fait intéressant, une étude de 2010 a révélé que l’arnica topique avec une puissance de 7% du gel D1 entraînait une augmentation significative de la douleur au mollet 24 heures après avoir effectué des exercices au mollet, remettant en question l’efficacité de l’arnica homéopathique ().

Au-delà de cela, la majorité des études et des revues ont conclu que l’arnica n’est pas efficace pour la gestion de la douleur, en particulier lorsqu’elle est administrée sous forme de comprimés. Néanmoins, les grandes incohérences dans les dosages et les défauts dans la conception de l’étude justifient une recherche à jour et de meilleure qualité (, , ).

Ecchymoses cutanées

se produisent lorsque de minuscules vaisseaux sanguins éclatent en raison d’une forme de traumatisme, comme une intervention chirurgicale ou un choc cutané contre un objet. Historiquement, l’arnica homéopathique a été utilisée pour traiter les ecchymoses, bien que la recherche soit mitigée.

Dans une étude, les participants présentant de petites ecchymoses ont été traités avec soit 20% de gel d’arnica, 5% de vitamine K, une combinaison de 1% de vitamine K et 0,3% de rétinol, ou un placebo. Après 14 jours, le groupe arnica avait significativement moins d’ecchymoses par rapport au groupe placebo et combiné ().

Une autre étude de 10 jours a révélé des améliorations significatives des ecchymoses et des gonflements post-rhinoplastie lorsque la crème d’arnica (solution homéopathique D1) était appliquée par voie topique, par rapport au groupe placebo. Pourtant, l’autre traitement (crème de polysulfate de mucopolysaccharide) était tout aussi efficace ().

Cependant, de nombreuses études plus anciennes n’ont montré aucun avantage à l’utilisation de l’arnica dans le traitement des ecchymoses. Cependant, ces études ont utilisé des doses d’arnica beaucoup plus faibles, ce qui suggère que l’arnica hautement diluée – l’objectif de l’homéopathie – est inefficace (, , , ).

Chute de cheveux

L’arnica est largement utilisée en médecine homéopathique pour prévenir la chute des cheveux et traiter les pellicules. On le trouve couramment sous forme d’huile, de shampooing ou d’hydrogel, un produit à base d’eau à 99%.

Malgré de nombreuses affirmations anecdotiques, des recherches limitées soutiennent sa capacité à traiter la perte de cheveux et à favoriser la croissance des cheveux. En fait, une étude de cas chez une femme de 26 ans souffrant de perte de cheveux n’a rapporté aucune amélioration de la croissance des cheveux après l’utilisation d’huile d’arnica homéopathique ().

En théorie, l’application d’huile d’arnica peut aider à réduire l’irritation et l’inflammation du cuir chevelu en raison de ses propriétés anti-inflammatoires, ce qui peut permettre un meilleur environnement pour la croissance des cheveux. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Résumé

Le gel topique d’arnica peut améliorer les ecchymoses cutanées et réduire la douleur et l’inflammation liées à l’arthrose. Au-delà de cela, des recherches limitées soutiennent l’utilisation de l’arnica homéopathique pour la croissance des cheveux, les douleurs musculaires et d’autres utilisations.

Risques potentiels et effets secondaires

Avant d’essayer l’arnica, il est important d’être conscient des risques potentiels et des effets secondaires.

Sécurité et effets secondaires

L’arnica – sous forme de plante entière ou de grandes quantités d’arnica non diluée (par exemple, des extraits de plantes ou des huiles) – est toxique et doit être évitée.

La consommation peut entraîner des effets secondaires graves, tels que des nausées, un essoufflement, une pression artérielle élevée, un rythme cardiaque irrégulier, le coma ou même la mort (,, , ).

Lorsque l’arnica est fortement diluée dans des formulations homéopathiques, elle est probablement sans danger à prendre par voie orale. Cependant, il est préférable d’éviter l’ingestion orale d’arnica homéopathique (c.-à-d. Huiles, comprimés, teintures) ou d’autres produits contenant de l’arnica, y compris le bain de bouche, sauf sous surveillance médicale.

De plus, les enfants, les personnes allergiques à la famille des astéracées, ceux qui prennent certains médicaments et les femmes enceintes ou qui allaitent devraient éviter de prendre de l’arnica en raison de problèmes de sécurité potentiellement mortels (, ,).

Dans l’ensemble, il est essentiel de vérifier auprès de votre professionnel de la santé avant de prendre de l’arnica par voie orale, même si elle est fortement diluée.

De plus, le gel topique d’arnica peut entraîner des démangeaisons, des éruptions cutanées et une augmentation de la douleur. Certains produits, tels que les produits de bain moussant, les crèmes et les shampooings, peuvent également provoquer ces effets secondaires. Évitez d’appliquer du gel ou des crèmes d’arnica sur une peau éraflée ou des plaies ouvertes (, , ).

Populations à risque

Toutes les personnes devraient éviter d’ingérer toute l’herbe d’arnica en raison de sa forte toxicité.

De plus, les femmes enceintes ou qui allaitent devraient éviter d’ingérer de l’arnica sous toutes ses formes. Dans une étude de cas, un nourrisson de 9 jours allaité au sein a connu une forte diminution de ses globules rouges après que sa mère a commencé à boire du thé d’extrait d’arnica ().

Ceux qui ont une allergie ou une allergie à d’autres membres de la famille des astéracées devraient éviter l’arnica, car ceux-ci appartiennent à la même famille de plantes (, ).

Enfin, les personnes souffrant de certaines conditions médicales, telles que les maladies inflammatoires de l’intestin, l’hypertension artérielle et les arythmies, devraient éviter son utilisation ().

Interactions médicamenteuses

Bien que les recherches disponibles soient limitées, l’arnica peut interagir avec les médicaments antiplaquettaires (par exemple, l’aspirine et le Plavix) et les herbes (par exemple, le clou de girofle, l’ail, le gingembre, le ginkgo et) ().

Il est préférable de consulter votre fournisseur de soins de santé avant d’utiliser l’arnica homéopathique par voie orale ou topique.

Résumé

L’arnica homéopathique est hautement diluée et probablement sans danger pour une utilisation en petites quantités. Cependant, celles qui sont enceintes ou qui allaitent, qui souffrent d’allergies à l’ambroisie ou qui prennent certains médicaments devraient éviter son utilisation. Parlez toujours d’abord à votre professionnel de la santé.

Dosage et stockage

Actuellement, il n’y a pas de recommandations standard pour l’arnica homéopathique pour le traitement des ecchymoses ou de la douleur.

En outre, la plupart des produits d’arnica homéopathiques oraux sont disponibles à des doses très variables. Les plus courants sont le C12, le C30 et le C200, tous extrêmement dilués.

Pour les gels topiques d’arnica, assurez-vous de suivre les instructions sur l’étiquette et n’utilisez que des produits hautement diultés. La plupart des produits en vente libre peuvent être appliqués par voie topique 2 à 3 fois par jour pendant jusqu’à 3 semaines.

Il est préférable de stocker toutes les formes d’arnica dans un environnement frais et sec à l’abri de la lumière directe du soleil.

Cependant, ils ne sont pas réglementés de la même manière que les médicaments, et les quantités indiquées sur l’emballage peuvent ne pas être exactes. Par conséquent, n’utilisez pas plus que ce qui est indiqué et assurez-vous de l’exécuter d’abord par votre professionnel de la santé ().

Résumé

Suivez toujours les instructions sur l’étiquette ou celles de votre professionnel de la santé lorsque vous prenez de l’arnica homéopathique.

La ligne du bas

L’arnica est une plante herbacée vivace utilisée dans de nombreux produits homéopathiques, tels que les comprimés, les crèmes et les gels.

Certaines petites études se révèlent prometteuses dans l’utilisation du gel d’arnica homéopathique topique pour traiter les ecchymoses et. Cependant, il y a peu de recherches pour montrer qu’il aide à la croissance des cheveux, aux douleurs musculaires et à d’autres allégations.

Bien que la plante soit toxique, la prise d’arnica homéopathique est probablement sans danger lorsqu’elle est consommée en petites quantités car elle est hautement diluée. Les femmes enceintes, qui allaitent, allergiques à l’ambroisie ou sous antiagrégant plaquettaire doivent éviter de prendre de l’arnica homéopathique.

Si vous souhaitez essayer l’arnica homéopathique, parlez-en d’abord à un professionnel de la santé.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here